Les Défis

Dans cette rubrique, je vous proposerai les arbres qui sont réputés difficiles à travailler en bonsaï, autres que les frênes du sud qui ont leur rubrique particulière. J'essaierai les différentes techniques qui sont à notre disposition et vous montrerai les résultats (bons ou mauvais). On parlera d'aulne, châtaignier, marronnier, etc... 



10/03/2014
En premier lieu, Castanéa sativa (châtaignier). Jeune plant issu de prélèvement qu'il faut d'abord construire.








Il a poussé moins fort qu'espéré. Il sera taillé court cet automne de façon à poursuivre la construction de la ligne de tronc.




Etrangement cet arbre n'a pas survécu à l'hiver 2016/2017. Les bourgeons ont commencé à gonfler puis se sont bloqués et ont séché.



Pour suivre Alnus glutinosa (Aulne noir) cadeau d'un adhérent du club du Mans, issu de semis. La conicité est excellente, l'enracinement très plat. J'ai simplement couper deux grosses racines et deux grosses branches, trop grosses. Et maintenant culture.





L'aulne a bien poussé même s'il a perdu quelques feuilles. Il a été traité comme l'ensemble des arbres avec la même fréquence d'arrosage. Il sera taillé sévèrement cet automne afin de poursuivre sa construction. 



Juste pour voir comment réagit un frêne commun (Fraxinus excelsior). Rien d'intéressant dans cet arbre mais si une branche sortait vers la base de l'arbre....







La taille drastique des racines est, sans doute, à l'origine de la perte (pas très grande au demeurant) de cet arbre.





Ensuite, je m'intéresserai au marronnier d'inde ( Aesculus hippocastanum ) en partant d'un semis. Un délire? Peut-être.... 




Une seule graine a été conservée. Elle avait été rongée intérieurement sur une bonne moitié. S'en est suivie une pousse courte qui provoque un premier segment très court. Le démarrage est intéressant. 





Au printemps j'ai ôté le bourgeon central. Les bourgeons axillaires ont séché. Une petite pousse est sortie plus bas qui a été mangée. C'est foutu.... On remettra ça cet automne. 




 Je poursuis avec un noyer (Juglans regia). Il s'agit d'un semis spontané, mesurant plus de 2 m de haut que j'ai rabattu à 19 cm (base +/- 9 cm) et que je laisse en pleine terre afin d'accélérer la repousse et la cicatrisation. J'espère qu'un grand nombre de pousses verra le jour sur le moignon....

 


20/12/2017 Le noyer a redémarré plus bas qu'espéré. La pousse a été laissé libre durant l'année avec taille drastique à l'automne ce qui donne ce résultat au bout de trois ans. Prélèvement aujourd'hui et mise en panier de culture. A suivre 

3 commentaires:

  1. c'est pas la saison des marrons chaud là!! :)
    bon courage fredy
    a bientot

    RépondreSupprimer
  2. très intéressant Fredy. C'est bien de montrer ses succès et ses déboires. Ca aide les jeunes à moins faire de bêtises ou à éviter de perdre du temps avec des espèces qui ne donneront jamais satisfastion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca reste à démontrer.... Ne disait-on pas la même chose avec les frênes? On verra dans quelques années.

      Supprimer